Accueil » Observations durant les précédentes visites » Une rencontre haute en couleurs!

Observations durant les précédentes visites

Une rencontre haute en couleurs!

L’épeire, une araignée largement répandue en méditerranée. Attention, il existe plusieurs types d’épeire. Ici il s’agit de la célèbre épeire frelon ou fasciée (aussi nommé Argiope). Elle est ainsi appelée en raison des couleurs très vives qu’elle porte sur son ventre (bandes jaunes, argentées et noires). Cette dernière peut largement atteindre les 5cm !

EpeireAlineFlechet2017petitedefUn amour fatal

L’épeire fasciée présente un dimorphisme sexuel, c’est-à-dire que la femelle est plus grande que le mâle. L’accouplement n’est pas de tout repos pour le mâle, car il se trouve si près des crochets venimeux de la femelle qu’elle pourrait le tuer pendant l’opération. Mais ce n’est pas tout, après l’accouplement le mâle joue sa vie. En effet, au terme de l’accouplement, il abandonne volontairement son appareil copulateur afin de diminuer les chances qu’un rival féconde la même femelle mais aussi pour augmenter ses chances de fuir celle-ci et de survivre. La femelle garde ensuite le sperme en réserve, jusqu’à ce qu’elle soit prête à pondre ses œufs. Elle pondra jusqu’à 200 à 300 œufs dans un cocon blanc camouflé en brun, composé essentiellement de soie. Bien que la femelle Argiope puisse manger le mâle, il ne constitue pas un repas habituel.

Qui mange qui ?

Cette classe d’araignée est caractérisée par la structure particulière des toiles qu’elle tisse. On parle d’araignée orbitèle. Pour chasser, elle bâtit une toile géométrique (orbiculaire, forme proche du cercle) dans la végétation. Cette toile comporte 19 à 41 rayons qui sont quotidiennement reconstruient à l’aube ou au crépuscule. L’épeire se nourrit principalement de sauterelles, de mouches et d’autres insectes divers. Quand un insecte est pris dans sa toile, l’araignée l’immobilise grâce à un venin paralysant.

Attention au piège ! Bien que sa couleur jaune et noir soit voyante, on pourrait croire qu’elle sert de protection vis-à-vis des prédateurs qui la prendraient pour un frelon. Une étude démontre que l’alternance des stries jaunes et noires sur le corps de cette espèce, double en réalité le nombre de captures d’insectes en agissant comme leurre visuel, rendant l’araignée moins visible pour ses proies !

Le saviez-vous ?

L’Argiope fasciée tisse une toile ovale et se tient généralement en son centre, avec les pattes écartées 2 par 2. La toile est caractérisée par un élément stabilisateur formé de zig-zag de soie très argentée : le stabilimentum. Il s’agit d’une structure visible plus dense et plus opaque que le reste de la toile et suit généralement un motif en zigzag. Sa forme et sa fonction semblent cependant varier selon les espèces. On en trouve sous différentes formes : en spirale, en ligne verticale, en croix, etc. De nombreuses théories existent quant à son utilité. Le stabilimentum pourrait attirer les proies du fait de sa grande brillance (lié au spectre des ultra-violets que les insectes perçoivent). Une autre hypothèse expliquerait sa présence pour renforcer et stabiliser la toile, tandis que d’autres chercheurs expliquent qu’il aiderait l’araignée à se fondre dans le décor.